Boviwell Photo de Olga Lioncat provenant de Pexels

Boviwell, l’outil d’audit indispensable pour être estampillé « Excellent » en bien-être animal !

L’élevage bovin est souvent mal connu des consommateurs.

Parfois décriés comme maltraitants et irrespectueux des besoins de l’animal, les éleveurs de vaches laitières et allaitantes se sentent incompris alors qu’ils s’impliquent, corps et âme, dans leur métier auprès des animaux.

Pour objectiver le bien-être animal en élevage bovin, la communauté scientifique et les conseillers d’élevage les plus experts ont collaboré. Ils ont mis au point un outil d’audit : Boviwell.

Boviwell est un outil informatique simple qui permet à un conseiller d’élevage d’auditer les élevages bovins de manière objective, chiffrée et tangible.

Cet outil est basé sur les 5 libertés fondamentales, définies par le Farm Animal Welfare Council, depuis 1992.

Cette définition du bien-être animal est aussi reprise par l’Organisation mondiale de la santé animale :

  • Liberté 1 : Ne pas souffrir de la faim ou de la soif
  • Liberté 2 : Ne pas souffrir d’inconfort
  • Liberté 3 : Ne pas souffrir de douleurs, de blessures ou de maladies
  • Liberté 4 : Pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce
  • Liberté 5 : Ne pas éprouver de peur ou de détresse

Respecter les 5 libertés pour une mise en application concrète en élevage

Un audit Boviwell de bien-être animal en élevage bovin permet de vérifier le respect des 5 libertés.

L’audit conseille aussi pour la mise en application de solutions concrètes auprès des animaux :

Liberté 1 : Accès à de l’eau fraîche en quantité (nombre et dimension des abreuvoirs) et en qualité suffisante (état de propreté), ainsi que l’accès à une nourriture adéquate assurant la bonne santé et la vigueur des animaux.

Liberté 2 : Environnement lumineux, comportant des abris (pour les températures extrêmes) et une aire de repos confortable, de taille suffisante.

Liberté 3 : Prévention, diagnostic rapide et traitements adaptés sont les maîtres-mots de l’éleveur, qui est dans l’obligation de respecter la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage et les normes sanitaires avec une gestion stricte des carnets vétérinaires et pharmacie d’élevage.

Liberté 4 : Contact permanent avec d’autres congénères.

Liberté 5 : Conditions d’élevage et pratiques n’induisant pas de souffrances psychologiques (éviction des comportements de jeux de langue, de pica et de succion au sein du troupeau)

Comment se déroule un audit Boviwell ?

Un échantillon de vaches est observé dans ses détails afin d’attribuer un score par thématique.

Chaque vache de l’échantillon bénéficie d’un score individuel sur :

  • son état corporel : observation sur 4 zones corporelles (base de la queue, reins, vertèbres, côtes/colonne) de l’état de maigreur (selon la grille classique des Notes d’Etat Corporel)
  • sa propreté : présence ou non de plaques de salissures, sur les mamelles et les trayons, de la taille d’une paume de main
  • ses blessures : présence ou non de blessures, de type « zone sans poils » ou « tarsite » ou « gonflement », de la taille d’une pièce de 2 euros
  • son état respiratoire (en élevage allaitant uniquement) : comptage des animaux qui toussent ou montrant une respiration profonde, laborieuse ou difficile
  • sa réaction au test de l’approche d’un humain : comptage des vaches ayant un signe d’évitement (recul, fuite, retrait du cornadis) envers l’humain, qui marche perpendiculairement à l’aire d’alimentation
  • son état de santé des pieds : notation de boiterie modérée à sévère sur des vaches en mouvement

Un score final lisible et compréhensible par tous

Le cumul des scores génèrera un graphique tachymètre par thématique :

Chaque thématique permet d’orienter un plan d’actions. Cela permet à l’éleveur d’améliorer ses pratiques, encore et encore.

Une note finale est alors générée, dont le classement va de « Excellent » à « Non Classé ».

La grille de lecture est claire :

  • Excellent : note de 80 à 100/100
  • Supérieur : note de 55 à 80/100
  • Progression : note de 20 à 55/100
  • Non classé : note inférieure à 20

Une étiquette bien-être animal

L’étiquette Bien-être animal, déjà déployée dans d’autres productions, va bientôt voir le jour en élevage bovin.

Elle pourrait être basée sur le score final issu du diagnostic d’audit Boviwell.

Il s’agira d’un étiquetage et non d’un label. Il aura pour objectif de donner une information sur tous les produits et non seulement sur ceux répondant aux critères les plus élevés.

Cela est un avantage pour booster les ventes de produits fermiers en circuits courts !

A ce jour, les premiers produits étiquetés et disponibles en magasins sont issus de poulets de marque Casino Terre & Saveurs®.

Perspectives envisagées par la filière lait et viande

A ce jour, un score final inférieur à « Progression » n’implique pas de pénalités.

En filière laitière, aucune laiterie ne prévoit une pénalité ou un bonus en lien avec les résultats de l’audit bien-être animal. Boviwell est un outil développé par l’interprofession. Il n’y a donc aucune volonté de segmenter les élevages selon des résultats en bien-être animal. Les laiteries sont plutôt favorables à une segmentation sur des cahiers des charges de type alimentation (sans OGM, lait de pâturage, …).

En filière allaitante, le label Rouge tient des discussions quant à une éventuelle bonification.

Chaque élevage devra renouveller son audit Boviwell tous les 3 ans, quelque soit sa note.

Communiquer positivement sur l’élevage bovin grâce à Boviwell

A l’heure où les éleveurs de vaches connaissent de plus en plus de difficultés médiatiques liées au respect du bien-être animal, se faire certifier grâce à Boviwell est une occasion de communiquer positivement sur son métier.

C’est aussi l’occasion de prouver tout l’investissement et sérieux des éleveurs quant au respect de leurs animaux.

Bien-être animal doit rimer avec bien-être de l’éleveur !

Les élevages dans lesquels le bien-être animal n’est pas respecté sont, dans la très grande majorité des cas, des situations humaines précaires. Cherchons à comprendre la situation personnelle de l’éleveur, avant de lui taper sur les doigts au sujet du bien-être animal dans son élevage.