La vache passe plus de 12 heures à rester couchée dans la journée.

Nombreux sont les éleveurs qui se cassent la tête sur le type de couchage à adopter.
La paille est aussi un aspect économique dont il faut tenir compte dans ses choix de bâtiment.

Retrouvez nos conseils techniques et comportementaux pour vous aider :

Les vaches laitières passent la majorité de leur temps couchées : environ 12 heures par jour.

Le repos couché est un comportement plus prioritaire, que l’alimentation et les contacts sociaux, surtout si les possibilités d’accès à l’auge et aux interactions sociales sont restreintes.

La vache répartit son temps journalier, en 5 grandes activités : manger, boire, se reposer, se sociabiliser dans les aires de circulation, rester debout dans les couchages. Dans une étude menée sur des vaches laitières en bâtiment, le budget-temps de la vache a été étudié :

En heures par jour
ActivitésMoyenneMinimumMaximum
Traite2.70.56.0
Prise de nourriture4.31.18.1
Dans les allées, boire inclus2.50.47.5
Debout dans l’aire de couchage/logette2.70.310.9
Couchée11.93.917.6

Le comportement de couchage d’une vache est influencé par son rang social (meneuse, suiveuse, etc), ainsi que par sa production et son état de santé.

Chaque vache peut avoir un comportement individuel plus marqué, surtout dans des environnements hautement compétitifs, avec un manque de places de couchage.

2) Le temps passé couchée illustre le confort du couchage d’une vache

Le temps de repos d’une vache repose sur 3 critères :

– le temps passé allongée

– la fréquence des épisodes couchés (c’est-à-dire la transition de la position debout à la position couchée)

– la durée des phases de couchage

Ces critères ont été identifiés comme des mesures influencées par le confort du couchage, qu’il soit en logette ou en aire paillée.

3) Mauvais couchage rime avec perte de production

Empêcher les vaches d’avoir un temps de repos adéquat est nocif.

Il entraîne des changements dans l’activité hypothalamo-hypophyso-surrénalienne.
Lorsque les phases de repos sont perturbées (en cas de chaleur par exemple), la production de lait est affectée, puisque la sécrétion d’hormone de croissance est réduite.

4) Préférer des logettes larges, sans arrêtoir avec matelas et paille

Les vaches passent plus de temps allongées et le font plus fréquemment sur des matelas, par rapport à une stabulation dont le sol est en béton. Il en est de même sur des surfaces à litière épaisse, par rapport à des matelas sans paille.

Les vaches passent plus de temps allongées et ont des périodes plus longues dans des logettes plus larges (132 cm contre 112 cm) et dans des logettes sans arrêtoir.

Le temps passé couchée est rallongé (de 8,8 à 13,8 heures par jour) lorsque la litière humide est remplacée par une litière sèche.

Dans le même esprit, le temps allongé a diminué de 1,7 heures, lorsque la saturation du bâtiment (nombre de vaches présentes par rapport aux places de couchage disponibles) passe de 100 à 150 %.

5) Une épaisseur de litière suffisante

Le temps de couchage quotidien diminue lorsque les niveaux de litière diminuent.

Une expérience en ferme laitière a montré que les vaches diminuent de 1h15 leur temps de repos couchée, dans les logettes avec les niveaux de litière les plus faibles par rapport aux logettes remplies à ras bord de litière.

En effet, pour chaque diminution de litière de 1 cm, les vaches passent 11 minutes de moins à se coucher par tranche de 24 heures.

Les vaches utilisant les logettes avec peu de litière passent environ 2h30 de moins par jour couchées que lorsqu’elles sont hébergées dans des logettes libres remplies généreusement de litière.

6) Les vaches préfèrent la paille en hiver

De manière générale, les vaches montrent une préférence de couchage sur les tapis en caoutchouc et la paille.

Plusieurs expériences en fermes ont montré que les vaches se couchent aussi longtemps sur la paille que sur les tapis en caoutchouc souple, mais se couchent beaucoup moins longtemps sur le sable. 

Quel que soit la saison (été ou hiver), les vaches évitent le sable, en préférant la paille ou les tapis en caoutchouc souple.

En hiver, les vaches préfèrent la paille aux tapis en caoutchouc souple.

En été, elles ne montrent pas de préférence entre la paille et les tapis.

7) Les vaches n’aiment pas le sable

Les vaches ne montrent aucune préférence pour le sable fin ou le sable rugueux.

Dans un bâtiment offrant des logettes en paille et en sable, les vaches se couchent souvent dans les allées, lorsque seules des logettes de sable sont disponibles.

8) Les préférences de couchage pour vache changent à l’approche du vêlage

A l’approche du vêlage, les vaches ont de nouvelles préférences en termes de couchage.

Les tapis en caoutchouc sont les moins appréciés par les vaches laitières dans les cases de vêlage. Même lorsqu’ils sont recouverts d’une épaisse couche de paille !

Les expérimentations en fermes ont montré que les vaches en préparation au vêlage ont une préférence pour des litières de sable sur 10 cm ou pour des sols en béton avec 15 cm de paille.

Le nombre de lever/coucher augmente pendant les heures les plus proches du vêlage, quel que soit le type de sol. Pendant la phase de vêlage, les vaches sont plus à l’aise pour se lever/coucher quand elles sont logées sur le sable et du béton, que sur des tapis en caoutchouc.

Une étude scientifique a montré que les vaches, qui ont vêlé sur du sable, ont passé plus de temps couchées pendant la phase de vêlage, par rapport à deux autres types de revêtements de sol (béton ou tapis en caoutchouc).  

9) Une vache logée sur litière paillée a un vêlage plus facile

Les vaches qui sont élevées et conduites dans des stabulations en aire paillée ou logette paillée, montrent des qualités maternelles plus développées.

Les vaches, habituellement logées sur paille, expulsent leur veau plus rapidement une fois que les pieds des veaux sont visibles. Les veaux, issus de vaches précédemment logées sur paille, se sont également levés et ont tété leur mère plus rapidement.

Il faut donc retenir qu’une phase de tarissement et préparation au vêlage passé dans un bâtiment sur paille par rapport aux stabulations avec matelas peut faciliter le processus de vêlage.

10) Les très hautes productrices se couchent moins

Les vaches à haut rendement laitier passent plus de temps à ruminer debout et moins de temps couchées.

Une vache haute productrice, surtout si elle est primipare, déclenche rapidement sa rumination une fois couchée, comparativement à une vache laitière moyenne.

Une haute productrice va aussi s’endormir plus rapidement une fois couchée. 

11) Les vaches boiteuses modifient leurs comportements

Les vaches boiteuses passent moins de temps à se nourrir, moins de temps dans les aires de circulation et plus de temps debout dans les aires de couchage (logette, aire paillée). Sauf quand le troupeau est logé sur du sable !

Il est intéressant de noter que les vaches boiteuses tardent à se lever quand la ration est distribuée. Elles mettent en moyenne 13 minutes de plus à accéder à l’auge qu’une vache non boiteuse.

Dans la même dynamique, les vaches boiteuses se couchent plus vite après la distribution de la ration : environ 20 minutes plus tôt que les non-boiteuses.

Ainsi, les vaches non boiteuses passent plus de temps debout, et donc probablement plus de temps à manger, que les vaches boiteuses.

Conclusion sur le couchage chez la vache

Il faut absolument porter une attention particulière à son couchage chez la vache.

En logette, les vaches ont une préférence pour les matelas à condition qu’ils soient généreusement recouverts de paille. A l’approche du vêlage, on privilégie les cases de vêlage sur sol béton avec de la paille fraiche et sèche.

Le sable peut être une solution, même si elle semble à première vue correspondre à certains troupeaux seulement s’ils ont toujours accès uniquement à ce type de sol.

Reste à étudier les revêtements de sol innovants : copeaux de bois, miscanthus, …

Sources bibliographiques :

K. Ito, D.M. Weary, M.A.G. von Keyserlingk, Lying behavior: Assessing within- and between-herd variation in free-stall-housed dairy cows, Journal of Dairy Science, Volume 92, Issue 9, 2009, Pages 4412-4420

M. Drissler, M. Gaworski, C.B. Tucker, D.M. Weary, Freestall Maintenance: Effects on Lying Behavior of Dairy Cattle, Journal of Dairy Science, Volume 88, Issue 7, 2005, Pages 2381-2387

Emmi Manninen, Anne Marie de Passillé, Jeff Rushen, Marianna Norring, Hannu Saloniemi, Preferences of dairy cows kept in unheated buildings for different kind of cubicle flooring, Applied Animal Behaviour Science, Volume 75, Issue 4, 2002, Pages 281-292

Campler, MR, Munksgaard, L., & Jensen, MB (2015). L’effet du logement sur le comportement de vêlage et la vitalité des veaux chez les vaches laitières Holstein et Jersey. Journal des sciences laitières, 98 3

M. Norring, A. Valros, L. Munksgaard, Milk yield affects time budget of dairy cows in tie-stalls, Journal of Dairy Science, Volume 95, Issue 1, 2012, Pages 102-108

Yunta C, Guasch I, Bach A. Short communication: lying behavior of lactating dairy cows is influenced by lameness especially around feeding time. J Dairy Sci. 2012 Nov